Categories

Accueil > Les enseignements > Langues & section européenne > Don Quichotte, chronique d’un naufrage annoncé

Don Quichotte, chronique d’un naufrage annoncé

samedi 13 janvier 2018, par C. Joubert     
[télécharger l'article au format PDF]


« En un lugar de la Mancha, de cuyo nombre no quiero acordarme, no ha mucho tiempo que vivía un hidalgo de los de lanza en astillero, adarga antigua, rocín flaco y galgo corredor. Una olla de algo más vaca que carnero, salpicón las más noches, duelos y quebrantos los sábados, lantejas los viernes, algún palomino de añadidura los domingos, consumían las tres partes de su hacienda. El resto della concluían sayo de velarte, calzas de velludo para las fiestas, con sus pantuflos de lo mesmo, y los días de entresemana se honraba con su vellorí de lo más fino… »

Ainsi commence le célèbre Don Quijote de la Mancha, de Miguel Cervantes, considéré comme le premier roman moderne.

Nos élèves de seconde et de première de la section européenne ont eu la chance vendredi soir 12 janvier d’assister à une représentation théâtre adaptée de l’œuvre de Cervantes : Don Quichotte, chronique d’un naufrage annoncé où se mélangeaient différentes histoires vécues par notre protagoniste et son célèbre écuyer Sancho et les répétitions d’une troupe créant l’œuvre de Cervantes.

Parmi les différentes scènes du Quichotte, nous avons retrouvé les épisodes les plus connus du roman mais pas exactement dans le même ordre car le metteur en scène Jérémie Le Louët a fait d’autres choix :

- La description d’un hidalgo dont le nom exact est Alonso Quichano, originaire d’un village indéterminé de la Manche, qui devient fou en lisant des livres de chevalerie et qui se prend pour un chevalier errant médiéval. Il prend un nom suggestif : Don Quichotte de la Manche, baptise son cheval Rossinante, reconstruit les armes de ses ancêtres et choisit une dame pour en être amoureux, Dulcinée du Toboso.

- Première aventure montrée : Don Quichotte déforme à l’extrême l’idéal chevaleresque en libérant par la force deux galériens condamnés par la justice du roi. Les galériens, remercient mal leurs libérateurs en leur jetant des pierres.

- Don Quichotte envoie Sancho porter une lettre pour Dulcinée ce qui l’oblige à prendre la direction du Toboso. Sancho réussit à tromper son maître en lui faisant croire que Dulcinée a été ensorcelée et fait passer une grossière villageoise pour l’amante de Don Quichotte, qui la contemple stupéfait : elle ne correspond pas du tout à la dame de ses rêves. De nouveau, Don Quichotte attribue la transformation aux enchanteurs qui les poursuivent.

- L’aventure des troupeaux de brebis : dans laquelle il confond les brebis avec deux armées qui vont se battre. Dans son imagination, il fait une longue description des principaux combattants à la surprise de Sancho. Finalement, Don Quichotte prend parti et attaque l’un des troupeaux mais les bergers le feront rapidement tomber de son cheval.

- Don Quichotte et Sancho sont accueillis dans un château par un duc et une duchesse qui ont lu la première partie du roman. En fait, Don Quichotte et Sancho sont considérés comme deux bouffons dont le séjour au château a pour objectif de divertir le duc et la duchesse.

- Le Duc et la Duchesse offrent à Sancho l’île imaginaire de Barataria pour en devenir gouverneur. Leur but réel est de se moquer de l’écuyer.

- Don Quichotte se bat contre des géants qui ne sont autre que des moulins à vent malgré les avertissements de son écuyer.

- Mort de Don Quichotte

Ces scènes du Quichotte et les scènes de répétitions de la troupe s’entremêlent dans un rythme enlevé où des vidéos et d’autres outils modernes, comme des caméras, anachroniques font de ce classique espagnol une œuvre atemporelle.

C. Joubert